Cellulite

Les informations sur une discopathie peuvent intéresser des ami(e)s

Partagez le site pour qu'eux aussi puissent en profiter !



DISCOPATHIE

Hernie discale, Infiltrations, Injections, Médicaments
Discopathie lombaire, Cervicale, Dégénérative

 

 

Discopathie : Définition

La discopathie est la plus fréquente des maladies du système nerveux. Cette maladie arrive en deuxième place, après le rhume, comme cause d'incapacité temporaire de travail.

La discopathie est aussi la maladie la plus courante de la colonne vertébrale, de la moelle épinière et des racines des nerfs rachidiens.

Dans la plupart des cas, une maladie discale survient à la suite de multiples microtraumatismes, souvent répétitifs ou à cause de stress physique. Mais il existe aussi parfois des anomalies congénitales qui favorisent les dommages de la moelle épinière et des racines nerveuses. Une discopathie peut survenir à n'importe quel âge, même jeune.

En règle générale, une discopathie est issue d'un processus "normal" d'usure prématurée et de "vieillissement" des structures de la colonne vertébrale.

Une discopathie peut se développer à n'importe quel niveau de la colonne vertébrale, même si elle se révèle plus fréquente au niveau des lombaires.

Causes d'une discopathie

Une discopathie est généralement associée à un traumatisme résultant :

  • D'un mouvement brusque ou
  • D'une mauvaise position du corps durant une longue période.

Pathologie d'une discopathie

Un disque intervertébral est composé d'une structure fibreuse avec un noyau gélatineux central. Sa fonction est de servir d'amortisseur pour les éléments constituants la colonne vertébrale et à la protéger d'un contact direct avec les corps osseux des vertèbres.

Lorsqu'on est jeune, le noyau est gélatineux. L'élasticité des disques intervertébraux est supportée par un anneau fibreux, constitué de 10 à 12 couches concentriques de fibres de collagène, situées dans une direction diagonale et fixées aux plaques de cartilage. Mais avec l'âge, les microtraumatismes notamment, font évoluer ces propriétés.

Une discopathie provient d'une migration du contenu du noyau puis d'une rupture incomplète du noyau fibreux, avec une partie de la pulpe hors du disque.

Une hernie discale est donc formée par la migration de plus ou moins grande partie du contenu du noyau, à l'extérieur de l'espace du disque avec une rupture complète de l'anneau fibreux. Dit plus clairement, une hernie discale résulte de la saillie d’une portion d’un disque intervertébral.

 

 

Discopathie : Symptômes

Les symptômes d'une discopathie peuvent être les suivants :

  • Une douleur sévère qui se propage dans la zone de la racine du nerf touché
  • Eventuellement des troubles moteurs
  • Une diminution de la sensibilité 
  • Des fourmillements
  • Une faiblesse des muscles innervés par la racine nerveuse correspondante
  • Certains signes typiques tels qu'une atrophie musculaire, peuvent indiquer une compression des racines nerveuses
  • Etc.

Dans d'autres cas, l'apparition des symptômes d'une discopathie peut être plus lente, progressive voire passer inaperçue pour le patient. Certains symptômes peuvent donc laisser présager d'une discopathie, tels que :

  • Des douleurs au niveau du cou
  • Des migraines issues de douleurs cervicales
  • Des vertiges
  • Une diminution des douleurs lorsque le patient se repose dans un lit
  • Une recrudescence des douleurs lorsque le patient tousse, éternue ou force en faisant ses besoins
  • Une raideur musculaire avec une mobilité limitée et l'apparition d'une scoliose
  • Etc.

 

Discopathie : Traitement

Les premières manifestations d'une hernie discale telle qu'une douleur locale au niveau du cou ou de la taille, ont un caractère temporaire et peuvent être traitées :

  • En restant alité quelques jours
  • Avec la prise de médicaments tels que des analgésiques, des anti-inflammatoires
  • Avec des massages
  • Un traitement de physiothérapie
  • Etc.

Le traitement des premières manifestations d'une discopathie, comprenant principalement du repos et du repos alité, la reprise d'une activité physique combinée à un renforcement musculaire ciblé, est généralement recommandé et prescrit par les médecins.

Si au terme de plusieurs jours, voire mois pour certains médecins, les douleurs persistent ou si les douleurs sont trop importantes dès le début de la discopathie, c'est à dire selon la gravité des symptômes, des injections locales peuvent être envisagées telles que des injections locales d'analgésiques, de stéroïdes ou d'anti-inflammatoires. Tout cela reste bien évidemment du ressort du médecin qui jugera de l'efficacité potentielle d'infiltrations.

 

Traitement chirurgical d'une discopathie

Le type de traitement pour une discopathie est l'une des questions les plus controversées par la médecine. La plupart des médecins ne sont en effet généralement pas d'accord entre eux dans le fait d'opérer un patient d'une discopathie. En effet, certains médecins et chirurgiens préfèrent "aller assez vite" alors que d'autres médecins préfèrent n'envisager l'opération qu'en dernier recours, le patient pouvant ainsi souffrir durant de long mois voire des années.

Mais en principe, lorsque la douleur liée à une discopathie n'est pas ou plus contrôlée / contrôlable, qu'elle devient insupportable (car intense et persistante) pour le patient ou que des déficits neurologiques (tels qu'incontinence urinaire ou de la défécation involontaire par exemple) , l'option d'une intervention chirurgicale est généralement envisagée.

L'intervention chirurgicale devient donc généralement évidente lorsque les traitements avec des médicaments ne répondent plus et que des troubles neurologiques progressent tels que : 

  • Des déficits moteurs
  • Des troubles sensoriels
  • L'apparition ou le renforcement d'une scoliose en raison de mauvaises postures dues à la douleur.

Discopathie : Résultats d'une opération chirurgicale

Si les traitements par médicaments, combinés avec du repos, permettent de soulager progressivement le patient de la douleur d'une discopathie, les résultats postopératoires d'une intervention sur une hernie discale sont généralement excellents.

La quasi totalité des patients constatent un soulagement voire une disparition immédiate des douleurs dues la discopathie.

Seule une faible minorité des patients opérés d'une discopathie conservent, à des degrés divers, des douleurs résiduelles telles que des lombalgies ou des sciatiques.

 

Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant une discopathie.

 

DISCOPATHIE : Forum et témoignages

Votre expérience sur une discopathie peut être intéressante pour les autres. Pensez-y ! Vous pouvez également retrouver des informations ici, sur les différents types d'hernie.

Nous vous proposons de laisser vos commentaires et témoignages dans le forum ci-dessous.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir